Moitié des gains sur mobile pour Facebook

Facebook s’améliore à vitesse grand V sur gsm où il réalise dorénavant la moitié de son chiffre d’affaires. Il n’en faudra pas moins au réseau social en vue de se maintenir en bourse.Logo FacebookVoilà un bilan qui devrait aider la hausse de son cours de bourse. Facebook vient de publier ses résultats économiques du troisième trimestre fiscal 2013. Le réseau social est apparu sur la période à accroître son chiffre d’affaires de plus de la moitié à 2 milliards de dollars contre 1,3 l’an passé à la même ère, ce qui est au-delà du consensus des analystes économiques.donc que le nombre de prétendants potentiels présents quotidiennement sur l’application tel port de Facebook a dépassé la barre des 500 millions, le réseau de Mark Zuckerberg confirme que sa mécanique de monétisation sur ce canal est solide. Les recettes tirées de la publicité tel port ont toujours progressé, représentant la moitié des recettes globale de la compagnie.Sur 1,8 milliard de dollars générés par la publicité, le mobile pèse autour de 900 grandes quantité de dollars. Sur la même période l’an passé, cette , que Facebook venait de démarrer, n’avait réalisé qe 150 multiples dollars de chiffre d’affaires.Facebook 3Q2013Pour Ronald Josey, analyste de JMP Securities cité par Reuters, les revenus sur smartphone « semblent progresser à toute vitesse » et « il est clair que Facebook a le produit, qu’il prend le trafic et que à présent, il a la alternative pour la publicité ». De quoi rassurer les marchés. À 50 dollars, l’action Facebook a quasi-doublé en 2013.Au final, le bénéfice net de Facebook s’est considérablement amélioré sur un an. Ce second atteint 425 millions d’euros, contre une perte bette de 59 millions l’an passé. Pour la fin de son exercice fiscal 2013, Facebook ne donne pas de prévisions sur ses résultats.

Publicités

Un casque « connecté » pour les motards

Dans le but d’optimiser la sécurité des motards, une firme californienne a développé un casque connecté qui reprend certaines fonctionnalités des Google Glass. Baptisé Skully P1, ce concentré de technologie dispose d’un affichage tête forte à vraie vie augmentée et connecté à un smartphone. Mais contrairement au gadget du géant de Moutain View, celui-ci peut tout simplement, sauver la vie de son porteur.Outre son système de vision tête forte, le casque intelligent est équipé d’une caméra arrière qui sert de rétroviseur virtuel au motard. L’ensemble tourne sous une version personnalisée d’Android. L’image projetée en plus de les informations sont instantanément affichées sur un petit écran. Le pilote peut donc manger accès à un système GPS et des donnés relatives à sa conduite juste sous les yeux. Une fois le casque connecté à un smartphone par Bluetooth, l’utilisateur peut contrôler l’interface par la voix. il devient alors de lancer la musique ou une capture filmés, afficher la prévision météorologique ou pourquoi pas demander la direction par une commande vocale. Pouvant servir de kit main libres, le système permet de recevoir des appels ou d’afficher les notifications.Développé par Skully Helmets, ce casque est maintenant en période de prototype. Le produit fini est attendu vers le jus de 2014. Son prix reste toutefois inconnu.

35 chefs d’Etats mis sur écoute par la NSA

Le scandale Prism n’en finit plus de faire des vagues. C’est à nouveau dans le Guardian que l’on a appris le 24 octobre 2013 qu’un responsable de l’administration étasunienne avait transmis les numéros de téléphone de 35 dirigeants de la planète à l’Agence us de sécurité nationale( NSA )qui les avait placés sur écoute. Le quotidien britannique s’appuie à nouveau sur des documents transférés par Edward Snowden.Cette nouvelle révélation intervient au moment où l’Allemagne se propose scandalisée par les révélations sur une  surveillance du portable de la chancelière Angela Merkel par les Etats-Unis. En réaction à l’indignation de Berlin, Jay Carney, le porte-parole de la Maison Blanche, a refusé de dire si Washington avait en effet espionné dans le passé les communications d’Angela Merkel.Selon les nouveaux documents révélés jeudi via le quotidien britannique, la NSA « a surveillé les conversations téléphoniques de 35 dirigeants de la planète après qu’un responsable de l’administration américaine lui a transmis les numéros de téléphone », classique le Guardian.

Une surveillance qui a donné peu de résultats. Dans ce document interne daté du 27 octobre 2006, la NSA « encourage les hauts responsables des branches de l’exécutif qu’elle compte parmi ses “clients” tout comme la Maison Blanche, le département d’Etat et le Pentagone, a partager leurs carnets d’adresse avec l’agence ». A lui seul, un haut responsable, dont ni l’identité ni la fonction ne ont l’air révélées, a transmis « 200 numéros, dont 35 de dirigeants de le monde », sans que l’on sache desquels il s’agit, se félicitent les responsables de la NSA dans le document. Ils expliquent toutefois que la surveillance de ces numéros de téléphone n’a donné que peu de résultats.

Le Guardian annoncé consommer interpellé l’administration Obama sur ce tout neuf document, mais elle n’a pas souhaité s’exprimer.

Des professeurs piratés

La police enquête après le piratage informatique de un grand nombre de professeurs. Le pirate a volé les questions et les corrigés d’examens. La police belge, et plus foncièrement les cybers limiers de la FCCU, la Federal Computer Crime Unit, se penchent sur le cas de différents piratages de données qui ont visé, en juin second, différents enseignants belges. Un pirate informatique a réussi à mettre la main sur des questions d’examens, et les corrigés, en visitant les boites électroniques de professeurs de l’athénée Émile Bockstael, à Laeken.Un suspect de 17 ans est dans le collimateur des » collègues du petit déjeuner  » . Ce dernier aurait découvert les mots de passe des boites mails. Une descente de police, à 6 heures du matin, a calmé pas mal de parents, mercredi second. Des copies des questions d’examen posées en juin et les corrigés ont aussi été trouvés lors de la visite des » amis du petit déjeuner  » .A souligner que les adolescents arrêtés, ils sont 6 entre 17 et 20 ans, étaient à chaque fois élèves, cette année, des enseignants piratés. Les enseignants ont déposé plainte en vue de faux, fraude informatique et violation de les choses privée. L’établissement va suivre en déposant, lui également, une plainte.

Le virus Hadopi

Voici comment retirer les virus de type « hadopi » qui fleurissent depuis le début de l’année 2012. on parle de belle page vous expliquant que vous avez effectué des actions illégales sur internet et où l’on vous exige de gérer une « amende » via un service de paiement sur le net comme Paypal… bizarre… Si c’était tout, ce serait simple, un clic sur la petite croix en vue de fermer la fenêtre et c’est terminé!Sauf que non, la fenêtre s’ouvre dès qu’on allume son ordinateur et impossible de la faire disparaitre.On appelle ce type de virus des raisomware. Voici plusieurs explications, directement tirées du site de Microsoft : Qu’est-ce qu’un ransomware ? Le ransomware est une sorte de maliciel ( catalogue malveillant )que les criminels installent sur votre ordinateur sans votre consentement. Le ransomware permet aux criminels de verrouiller votre ordinateur à distance. Il présente ensuite une fenêtre pop-up d’avertissement disant que votre poste informatique est bloqué et indique que vous ne pourrez y accéder qu’en payant.Comment les criminels installent-ils un ransomware ? Le ransomware est fréquemment installé lorsque vous ouvrez une pièce jointe malveillante dans un message électronique, ou lorsque vous cliquez sur un lien malveillant dans une conversation instantanée, sur un site internet de réseau social, ou tout autre site d’actualité. Le ransomware peut aussi être installé lorsque vous visitez un site suspect.Et maintenant la partie la plus intérssanteComment supprimer ce virus?voici quelques solutionsl sert à par le biais de votre des bannières publicitaires( notamment celles présentes sur les sites de pornographiques et de streaming )à injecter le code sur des ordinateurs dont les programmes ne sont pas à jour. La victime se retrouve alors au moyen du message en question et ne peux plus effectuer aucune action.Le code est invasif au point de ne pas permettre de reprendre la main après redémarrage de l’ordinateur. Cette pratique est bien sur illégale et les gens malades ne doivent rien payer.